LEGO Pro : L’infirmière puéricultrice

LEGO Pro
LEGO Pro : L'infirmière puéricultrice

LEGO Pro : L’infirmière puéricultrice

Et voila le début d’une toute nouvelle série, les LEGO Pro.
Je choisi un métier à illustrer parmi vos métiers que vous avez laissé en commentaire sur les différents réseaux sociaux ou sur mon site Internet. 
Et ensuite je vous pose quelques questions pour que le monde puisse connaître un peu mieux votre métier.

L’infirmière puéricultrice :

C’est Aurore qui s’est prêtée au jeu de l’interview.

Bonjour Aurore,
Tu es la première personne à avoir eu ton propre LEGO-Pro (terme que tu as d’ailleurs trouvé pour l’occasion).
Ainsi, tu vas être la première personne à répondre à quelques questions concernant ton métier.

1. Quel est l’intitulé de ton métier ?

Puéricultrice; et plus précisément Infirmière Puéricultrice (diplomée d’état) ou IPDE. Il existe aussi des Sage Femme Puéricultrices

2. Peux tu nous dire, en quoi ton métier consiste, quelles sont tes tâches quotidiennes ?
La puéricultrice s’occupe principalement des enfants au sens large (0 – 18 ans) ainsi que de son entourage. Nous sommes formés à voir des « situations » dans leur globalité. Ainsi, notre champ d’intervention peut comprendre les parents, grand-parents et fratries. Ce métier peut s’exercer en intra-hospitalier comme en services de Néonatologie, réanimation infantile, soins intensifs, urgences pédiatriques, pédiatrie, chirurgie infantile, Maternité… services d’adolescents et/ou spécialisés pour enfants (maison d’accueils, ITEP…) ou en extra hospitalier : direction de crèches ou EAJE, PMI, hospitalisation à domicile, puéricultrices libérales. En résumé : toutes les missions infirmières mais à destination des enfants, plus le volet extra hospitalier.

 

A ce jour je suis en PMI : Protection Maternelle et Infantile. J’ai diverses missions comme la protection de l’enfance (soutien à la parentalité, application des aides administratives et judiciaires : AEMO, suivi des familles en difficultés en lien avec l’aide sociale à l’enfance… ); agrément et suivi des assistantes maternelles; dépistages et préventions précoces des enfants via les permanences, pesée de nouveaux nés, consultations vaccinales avec le pédiatre et bilan médical des enfants de 4 ans à l’école ; soutien aux « jeunes familles » via les visites à domicile en sortie de maternité ou néo-nat ; travail en réseaux autour de la périnatalité, du partenariat de terrain (service social, haltes garderie/crèches, centre social de quartier; écoles, …)
 
3. Dans quelle structure travailles-tu (Hôpital ? Clinique ? Indépendante ?) et de quelle taille est cette structure (nombre de collègues, de personnes) ?

Actuellement je travaille au département de l’Isère en PMI.

Il y a 9 puéricultrices pour le territoire Isère/Rhône (en gros de Chasse sur Rhône à Bougé-Chambalud/Roussillon).
 
Sans compter les collègues de chaque centre médico-social (le mien sur Vienne en comporte environ 10 : 2 secrétaires, 4 assistantes sociales, 1 infirmier, 1 pédiatre, 1 CESF (ndlr : Conseiller en économie social et familial) et 1 sage femme)
 
4. Quels sont les diplômes nécessaires pour pouvoir accéder à ton métier ?

En terme de diplôme, il faut déja avoir soit celui d’infirmière ou de sage femme au préalable ; puis passer les concours d’entrée et réussir l’année de formation de puéricultrice pour obtenir le « sésame ».

5. Et ton parcours personnel, as tu toujours voulu être au coté des enfants et dans le médical, qu’est ce qui t’a mené à ce travail ?

Oui je connais mon futur métier depuis le CM1. J’ai donc passé mon bac, fait une année de médecine, 3 ans et 3 mois d’infirmière et 1 an d’école de puéricultrice.

6. Depuis combien de temps es tu en poste maintenant ?

Je suis diplômée depuis maintenant 13 ans IDE (infirmière) et 12 ans en tant que puéricultrice et en poste depuis. J’ai d’abord exercé en pédiatrie générale (lits de médecine, chirurgie, psychiatrie ; secteur d’urgences ; secteur néo-nat répartis sur un même service) pendant presque 7 ans, puis depuis 5 ans en PMI.

7. Un mot à dire à ceux qui seraient tentés de rejoindre le monde des infirmières puéricultrices ?

C’est un métier passionnant qu’il faut réinventer et redécouvrir chaque jour, prenant, épuisant parfois mais tellement riche émotionnellement, en terme de rencontres et d’ouverture aussi… cela demande un réel investissement personnel, des qualités humaines indéniables et nous fait prendre très vite du recul, nous permet de nous remettre régulièrement en question ! On ne s’ennuie pas.

8. Une anecdote sympa sur ton boulot ? un moment fort ou drôle que tu as vécu ?

Un moment fort : en stage en maternité qui pratique la PMA; j’ai pu, sous vérification et couvert des gynécologues, et avec accord des parents, « fabriquer » un bébé dans l’éprouvette; puis assister à l’accouchement ensuite.

Un moment drôle : un gamin de 4 ans très réticent ne parlant pas français ou très mal, qui en bilan scolaire à bien voulu faire les « tests » car il avait vu que j’avais un tel portable Xperia (« celui de James Bond »… je devais donc être « sa copine »)

Et l’anecdote sympa : mon 1er poste, le jour de mon arrivée : « celle ci je l’ai connue cul nu et au sein de sa mère » dixit « ma » pédiatre (toujours en poste) aux internes présents ce jour là. Et le jour de mon arrivée en néo-nat, le pédiatre expliquant les complication d’accouchement au staff « prenez Aurore, elle elle est faite pour accoucher, elle est « taillée » pour » ! en parlant anatomie de mon bassin (piqué de fard direct) et quelques années plus tard, visite du même pédiatre à la maternité lors de mon accouchement (trèèèès compliqué) « Ben tu vois, je te l’avais dit; malgré toutes les complications, le seul truc qui a été c’est l’accouchement: tu est faite pour ça. »
 
9. Et niveau LEGO, tu es une AFOL ? une pratiquante occasionnelle ? ou autre ?

Les LEGO et moi : c’est pour jouer et raconter des histoires occasionnellement avec les enfants (au travail ou avec les miens )… je n’irais pas jusqu’à les photographier ou les trier.

10. Et la question finale qui n’a rien à voir : Tu préférerais avoir des bras de 9 mètres ou 6 bras de 20cm ? et pourquoi ?
Des jambes de 1,50 m … pour ne plus avoir à demander de l’aide dans les rayons du super marché
 
Merci Aurore de t’être prêtée au jeu de l’interview.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *